Salima SOUAKRIFuente: http://www.ijf.org/
(English & French)

Jovial and relaxed, a smile lighting up her face, Salima SOUAKRI (ALG) is a happy woman. Appointed since October 9, 2011, UNICEF ambassador, the grand judo champion answered our questions with ease and enthusiasm.
For how long have you been away from the the African Judo championship?
It has been a few years that I haven't been able to attend an African Championship, but you know, I'm still totally invested in judo. It is just the way I am invested in my favorite sport that has changed.
You had an outstanding career?
With all the possible modesty, I can say that I am proud of my career. It was not always easy, but I overcame the obstacles and today I keep moving forward. The gold medal that I won in the Paris Tournament, where I was the first African to climb on the first step of the podium, remains an important moment in my career as a competitor. To go back to your first question, it is a bit strange for me to be here again, at the invitation of my federation. I won twelve African crowns during my career, and today I am a spectator ... that is funny.
But you are not a simple spectator?
You're right, I'm also an ambassador of judo in my country and I try, whenever it is possible, to make my contribution to the development of judo in Algeria but also in Africa and worldwide. You know, we are a few weeks prior to the Olympics, which represent a major turn in the career of all the athletes, who will be qualified, and our judoka need motivation and encouragement. That's what I'm doing here. I know what it is to prepare for the Games. I know what mean commitment and selflessness. This is the experience that I want to share. Today, it is important for me to give back all I received. The younger generation of champions need it.
The Olympic Games and you, it is a long story?
It is a great story, but also a story that leaves me a little bitter because I've never managed to win an Olympic medal. I attended the first games available to women in 1992 in Barcelona. I am still very honored for that. But I was ranked fifth, three times, and I have also twice finished off the podium at the world championships. I hate that. Do not tell me about the fifth place (Salima Souakri adds with a smile).
Promised. Nevertheless, you have an outstanding prize list, even if your training conditions were not optimal?
You can not imagine. Our training conditions were very complicated in Algeria at that time. During the 'dark decade', we had to hide and meet at night in secret places to practice. It was dangerous and we often had to gather together after the curfew. For us, women, it was even more risky, but we have imposed ourselves. It was not the fear that could have stopped us.
You have been directly affected?
Yes my family. We were touched deeply in our flesh. Two of my brothers, who were policemen, were murdered. But we had to keep going and to live. I never left my country and never wanted to do it. I still live in Algeria today, but thankfully things are going much better.
What have you done since your retirement from the tatami?
I stopped in 2008 and I became coach of the women's national team which had his best overall result in 2009 in Mauritius, with five out of seven possible titles. Today, I am still taking care of a club, the GSP, and we have a very successful senior women's team. But I see my work elsewhere now.
Can you tell us more about that?
Early on, I felt that I needed to get involved in the humanitarian work. It was obvious to me. The day after my retirement, I joined the voluntary sector. I am now president of an association for the disabled, in a poor neighborhood. I'm also involved in the prevention of the dangers of drugs, specially in remote regions of Algeria. I think that sport is the best tool to combat these dangers.
What is your role exactly?
It is primarily to be an ambassador, but an active ambassador. Young people need idols, because idols are really helpful to spread the messages much better. I already said that I had participated in the 1992 edition of the Olympics in which women were represented in judo for the first time. At that time, which was really dark for our country, we were only three women to represent Algeria at the Games which Assiba Boulmerka, who became Olympic Champion in Athletics. For us the sport was a special 'passport' that allowed us to assert ourselves and revolutionize our women's condition. I am proud and pleased to have been an actress of that human adventure.
You have recently became a UNICEF ambassador. What does this mean to you?
It is, above all, a great honor for me and I will do everything to be up to the expectations that people from UNICEF put in me, last october when I was nominated. You know, for me, this is a new battle to fight and to win, a battle for the defense of children. By promoting the sport, I want to tell to people and to convey the idea that the youth can succeed despite the difficulties.
This is your message?
Yes, undoubtedly. I think that with willpower, you can really overcome all obstacles and what is better than sport and judo for that. I want to promote sport as a tool for social development. I truly believe it.
What do you think about modern judo?
I think that the changes that were recently made in judo go in the right direction. Judo had slipped into something different from the sport that made me and still makes me vibrate. We are back on track. I find again a real pleasure to watch judo competitions. The technical level is improving and even if the qualifications for the Olympic Games have become more complicated, this is logical, because the during the Games, we must have the best of the best. I note with pleasure that resources are arriving in the world of judo. When I was competing, there were no prize money for athletes and the media interest was limited. You can not imagine how pleased I am to be able to follow the biggest international events on TV.
Thank you very much for your time. What conclusions would you make?
Thank you. Judo is pure happiness. Yes, life is sometimes difficult and complicated, I know what I am saying, but sport and simple values can help to really overcome obstacles.
________________________

Salima SOUAKRI 02Salima SOUAKRI
La volonté de surmonter les obstacles
Epanouie et détendue, un grand sourire illuminant son visage, Salima SOUAKRI (ALG) est une femme heureuse et il y a de quoi. Nommée depuis le 9 octobre 2011 ambassadrice de l'UNICEF, la grande championne de judo a répondu à nos questions avec simplicité et enthousiasme.
Depuis combien de temps n'étiez-vous venue assister à un championnat d'Afrique de judo?
Cela fait quelques années que je n'avais pas eu ce plaisir, mais vous savez, je suis toujours autant, si ce n'est plus, investie dans le judo. C'est simplement la manière de me mettre à disposition de mon sport favori qui a changé.
Vous avez eu une carrière exceptionnelle?
En toute modestie, je peux dire que je suis fière de mon parcours. Cela n'a pas été toujours facile, mais j'ai su surmonter les obstacles et toujours aller de l'avant. La médaille d'or que j'ai remportée au Tournoi de Paris où j'étais la première africaine à monter sur la première marche, reste un moment important de mon parcours de compétitrice. Pour revenir à votre première question, c'est un peu étranger pour moi de revenir ici, à l'invitation de ma fédération. J'ai remporté douze couronnes africaines au cours de ma carrière et aujourd'hui je suis spectatrice… c'est amusant.
Vous n'êtes pourtant pas que spectatrice?
Vous avez raison, je suis aussi ambassadrice du judo dans mon pays et j'essaye autant que possible d'apporter ma contribution au développement du judo en Algérie, mais également en Afrique et dans le monde entier. Vous savez, nous sommes à quelques semaines des Jeux Olympiques, c'est un virage important pour tous les athlètes et nos judoka ont besoin de motivation et d'encouragement. C'est ce que je suis venue faire ici. Je sais ce que c'est de se préparer pour les Jeux. Je sais ce que cela veut dire d'engagement et d'abnégation. Cette expérience je veux la partager. Il est important pour moi de redonner aujourd'hui tout ce que j'ai reçu. La jeune génération de champions en a besoin.
Les Jeux Olympiques et vous, c'est une longue histoire?
C'est une belle histoire, mais aussi une histoire qui me laisse un petit goût amer car je n'ai jamais réussi à décrocher la médaille tant espérée. J'ai participé aux premiers jeux ouverts aux femmes, en 1992, à Barcelone, cela j'en suis encore très honorée. Mais j'ai été classée 3 fois cinquième, et j'ai terminé également deux fois au pied du podium lors des championnats du monde. Je déteste ce chiffre. Ne me parlez pas de cinquième place (ajoute Salima Souakri avec un grand sourire).
C'est promis. Malgré tout, vous avec un palmarès exceptionnel alors que vos conditions d'entraînement étaient loin d'être optimales?
Vous ne pouvez pas imaginer. Les conditions pour s'entraîner étaient très compliquées en Algérie. Pendant la 'décennie noire', nous devions nous cacher et nous retrouver le soir dans des endroits secrets pour pratiquer. C'était dangereux et nous nous réunissions souvent après le couvre-feu. Pour nous, les femmes, c'était encore plus risqué, mais nous nous sommes imposées. Ce n'est pas la peur qui pouvait nous arrêter.
Vous avez vous-même été touchée directement?
Ma famille oui. Nous avons été touchés dans notre chair. Deux de mes frères qui étaient policiers ont été assassinés. Il nous a pourtant fallu continuer à vivre. Jamais je n'ai quitté mon pays ou voulu le faire. J'y vis toujours aujourd'hui alors que les choses vont beaucoup mieux heureusement.
Qu'avez-vous fait depuis votre retraite des tatami?
J'ai arrêté en 2008 et je suis devenue entraîneur de l'équipe nationale féminine qui a obtenu son meilleur résultat d'ensemble en 2009 à l'Ile Maurice, avec 5 titres sur 7 possibles. Aujourd'hui, je m'occupe encore d'un club, le GSP, et nous avons une équipe féminine senior très performante. Mais je vois mon action ailleurs désormais.
Pouvez-vous nous en dire plus?
Très tôt, j'ai ressenti le besoin de m'investir dans l'humanitaire. C'était une évidence pour moi. Au lendemain de ma retraite sportive, j'ai rejoint le monde associatif. Je suis aujourd'hui présidente d'une association pour handicapés dans un quartier déshérité. Je fais également de la sensibilisation aux dangers de l'usage des drogues et stupéfiants et cela dans des régions lointaines de l'Algérie. Je pense que le sport est le meilleur outil qui soit pour combattre ces fléaux.
Quel est votre rôle exactement?
Il est avant tout celui d'une ambassadrice, mais une ambassadrice active. Les jeunes ont besoin d'idoles car ainsi le message passe bien mieux. Je disais que j'avais participé en 1992 aux premiers jeux olympiques au cours desquels les femmes étaient représentées en judo. A cette époque qui était vraiment sombre pour notre pays, nous étions trois femmes seulement à représenter l'Algérie aux Jeux dont Hassiba Boulmerka qui devint Championne Olympique en Athlétisme. Pour nous le sport a été un passeport extraordinaire qui nous a permis de nous affirmer et de révolutionner notre condition de femmes. Je suis fière et heureuse d'avoir été une actrice de cette aventure humaine.
Vous être depuis peu devenue ambassadrice de l'UNICEF. Qu'est-ce que cela représente pour vous?
C'est avant tout un grand honneur d'avoir été choisi, en octobre dernier, par cette belle institution et je fais tout pour être à la hauteur des attentes que l'on a mis en moi.
Vous savez, pour moi, c'est un nouveau combat à mener et à gagner pour la défense de l'enfance. En assurant la promotion du sport, je veux dire et transmettre à la jeunesse que l'on peut réussir malgré les difficultés.
C'est votre message?
Oui, sans aucun doute. Je crois qu'à force de volonté, on peut vraiment surmonter tous les obstacles et quoi de mieux que le sport et le judo pour cela. Je veux promouvoir le sport comme outil de développement social. J'y crois.
Quel regard portez-vous sur le judo moderne?
Je crois que les modifications qui été apportées au judo depuis quelques années vont dans le bon sens. Il glissait vers autre chose que le sport qui m'a fait et me fait encore vibrer aujourd'hui. J'ai retrouvé un réel plaisir à regarder des compétitions. Le niveau technique s'améliore et même si les qualifications pour les Jeux Olympiques sont devenues plus compliquées, c'est bien ainsi, car aux Jeux, on doit retrouver les meilleurs des meilleurs. Je constate aussi avec joie que les moyens commencent à arriver. Quand j'étais compétitrice, il n'y avait pas de primes pour les athlètes et l'intérêt médiatique était limité. Vous ne pouvez pas imaginer le plaisir que j'ai à pouvoir suivre les plus grands événements internationaux à la TV.
Merci beaucoup pour votre disponibilité. Quelle conclusions voudriez-vous apporter à notre entretien?
Merci à vous. Le judo, c'est que du bonheur. Oui, la vie est parfois difficile et compliquée, je sais de quoi je parle, mais grâce au sport et grâce à des valeurs simples ont peut vraiment franchir les obstacles.